Accueil  |  Nous connaitre  |  En parler  |  Contact      français English
SOLIDARITÉ
     PujaRam, Salman & les autresDéluge du Gange 2013

Ram, Salman & les autres
Ram
Ram
Salman
Salman
Moti
Moti
Ramdhani
Ramdhani

Sakshi
Sakshi
Kalu & Lakshmi
Kalu & Lakshmi

Les autres...
Les autres
Au cours de nos voyages en Inde nous avons rencontré des gens simples qui nous ont touché et qui sont devenus nos amis, presque notre famille. Là encore nous ne pouvions ignorer leur situation matérielle parfois très précaire. Nous aidons au fil des besoins plusieurs familles à Varanasi, Agra et Haridwar. L'important c'est d'avoir un moyen de gagner sa vie, un logement décent, un état de santé correct, la scolarisation des enfants, une aide lors des accidents de la vie mais aussi le plaisir de vivre, de découvrir, de voyager ensemble.

Cliquez sur les photos pour connaitre leur histoire...

Pour les aider vous pouvez parrainer une famille, un enfant..
Pour en savoir plus, contactez-nous.

___



RAM, Sarod et leurs deux filles Ravina et Chandravati
Haridwar (Uttarakhand)


Nous connaissons Ram depuis 1998. Il habite à Haridwar dans une cabane en paille près du Gange. C'est un jeune conducteur de vélo-taxi (rickshaw) plein de gentillesse et serviable. Quand nous l'avons rencontré il gagnait peu mais devait payer la location de son rickshaw chaque jour. Nous lui avons acheté un rickshaw neuf afin qu'il économise la location. Lorsqu'il s'est marié, nous avons continué à suivre l'évolution de sa famille en donnant quelques coups de pouce quand le besoin s'en faisait sentir: problèmes de santé de la plus jeune, innondation... Nous l'avons également aidé pour la scolarisation de sa fille aînée, et en novembre 2013 nous lui avons acheté un auto-rickshaw.

   




Ram
Ram

SALMAN
Agra (Uttar Pradesh)


Notre rencontre avec Salman, lui aussi conducteur d'un vélo-rickshaw, a commencé par une jolie histoire. Avec une amie et son enfant, nous voulions aller à Shikendra voir la tombe d'Akbar, à 15 km d'Agra. Salman nous propose son service, mais la distance nous paraissant trop grande nous refusons préférant un auto-rickshaw. Il nous jure qu'il peut le faire, nous acceptons, mais 100 mètres plus loin, il s'arrête et nous propose de nous répartir avec un collègue pour le même prix. Voulant rester ensemble nous refusons et revenons à notre idée motorisée. Là Salman nous assure qu'il peut le faire tout seul, qu'il tient à nous emmener là bas. Il insiste tellement qu'on accepte, au pire nous prendrons un auto en route. Il l'a fait, aller-retour, il faut savoir que déjà vide un vélo-rickshaw pèse un bon poids.

En route il nous a expliqué qu'il était chef de famille depuis l'âge de 13 ans, qu'il devait travailler pour aider sa mère et sa soeur, qu'il avait un grand frère qui dépensait sa paye en alcool. Il parlait parfaitement l'anglais qu'il avait appris tout seul au contact des touristes. Impressionnés par sa volonté, nous avons eu envie de lui venir en aide. Au voyage suivant, nous lui avons acheté un velo-rickshaw. Au fil des ans il a pu en acheter un deuxième qu'il a loué a un collègue, puis il a désiré passer à un auto-rickshaw. Il a trouvé lui-même 75% du financement à crédit et nous lui avons donné les 25% manquant. Maintenant marié, il est un partenaire précieux lors de nos voyages accompagnés. Nous continuons à suivre la famille et nous sommes intervenus plusieurs fois lors de difficultés médicales.

   




Salman
Salman

MOTI
Bénarès / Varanasi (Uttar Pradesh)


Moti est aussi un rickshaw-wala, nous l'avons rencontré en même temps que Puja en 2005. Il vit à Varanasi mais à l'époque où nous l'avons rencontré sa famille vivait dans l'état du Bihar. Un ami espagnol lui avait acheté son rickshaw car il dormait dans la rue. Après les innondations du Bihar l'été 2008, un de ses fils est venu le rejoindre à Varanasi et une équipe s'est mobilisée afin de leur assurer des conditions de vie plus confortables pour un enfant. Comme son fils n'était jamais allé à l'école, une association a pris en charge sa scolarité. Pendant quelques années nous lui avons finançé un logement, et depuis sa femme est venue le rejoindre avec leur dernier enfant. Encore aujourd'hui nous lui donnons un coup de main quand le besoin s'en fait sentir.

  




Moti
Moti
RAMDHANI
Bénarès / Varanasi (Uttar Pradesh)


Ramdhani est le père de Puja, et nous le connaissons depuis 2005. Depuis que Puja est partie vivre dans sa nouvelle famille à Sarnath, Ramdhani vit toujours sur son bateau au bord du Gange et nous lui donnons un petit coup de pouce régulier (nourriture, vêtements, entretien du bateau, etc.). Nous faisons également en sorte que Puja rencontre son père régulièrement, à chaque fois que nous sommes à Bénarès.

  



Ramdhani
Ramdhani
SAKSHI
Bénarès / Varanasi (Uttar Pradesh)


En janvier 2014 l'association reçoit de la part de Mme Johanna Biestervelt-Chevrier un violon à remettre à un musicien indien. Il est de trop bonne qualité pour être donné à un débutant. Nous connaissons Sakshi Sharma, une élève de Sukhdev Mishra depuis deux ans, et nous avions déjà envisagé qu'elle puisse donner des cours de musique au centre pour garçons des rues de Ramnagar. Elle étudie le violon depuis 10 ans et prépare son doctorat à la Banaras Hindu University. Elle a perdu sa mère il y a quelques années et a des difficultés financières avec son père. Elle nous semble la personne idéale pour recevoir ce violon. Le 1e mars 2014, nous allons tous à Ramnagar avec Sakshi pour établir un premier contact avec les enfants. A cette occasion elle essaye le violon et nous sentons immédiatement son émerveillement et son aisance à le jouer. Après quelques jours nous lui faisons la surprise de lui offrir ce violon, et Sakshi nous propose tout de suite de donner ses cours gratuitement pour une année, car elle réalise là un rêve qu'elle pensait inaccessible.

Sakshi ne donnera pas ses cours de musique à Ramnagar très longtemps, car quelques mois après notre intervention le gouvernement indien ouvre sa propre classe de musique pour les enfants, nous faisons donc double emploi! Sakshi garde néamoins le violon, et terminera son doctorat en musique avec succès. Aujourd'hui, l'avenir de Sakshi est prometteur et nous sommes heureux pour elle: depuis 2016 elle travaille en tant que professeur de violon à l'université de Baroda dans le Gujarat, et son mariage est prévu pour mai 2017 à un charmant garçon qui gagne bien sa vie à Mumbai.

  



Sakshi
Sakshi
KALU & LAKSHMI
Khajuraho (Madhya Pradesh)


Début 2010: un ami belge de Varanasi, Olivier Delhausse rencontre Kalu (9 ans) dans les rues de Khajuraho. Le garçon l'invite chez lui et lui présente sa famille: sa maman, son papa, sa petite soeur Lakshmi (5 ans), et son frère Rajju (12 ans) qui est handicapé mental. Il avait aussi une grande soeur de 16 ans mais elle est morte dans un accident, et un grand-frère de 19 ans qui lui est décédé d'une piqûre de serpent... Le papa est alcoolique et ne fait rien, et jusqu'à il y a quelques mois c'était le frère ainé qui assurait un revenu pour la famille en "attrapant" les touristes. Les parents n'ont donc plus aucune source de revenus, et ils n'ont jamais eu les moyens d'envoyer Kalu et Lakshmi à l'école.

A Varanasi quelques mois plus tard, Olivier rencontre Vio (notre future déléguée culturelle en Inde) qui va bientôt se marier avec un Indien, Vijay de Khajuraho. Profitant de ce contact local fiable, Olivier exprime à Vio son désir d'envoyer Kalu et Lakshmi dans une école de "English medium" pour leur offrir un avenir. Comme ils sont sur place, Vio et Vijay acceptent d'aider Olivier dans son projet. Depuis juillet 2010 donc, Kalu et Lakshmi sont scolarisés. Olivier, aidé par son amie Pascale Moiroud, envoie régulierement de l'argent à Vio qui s'occupe des comptes et de la communication. Vijay, lui est devenu un véritable oncle pour les enfants et un assistant pour leur maman! Chaque année, il les inscrit à l'ecole, règle leurs frais de scolarité, achète leurs fournitures scolaires et uniformes... Après 4 ans dans 2 écoles pas terribles, Olivier et Pascale (qui ne roulent pas sur l'or) ont accepté d'envoyer Kalu et Lakshmi dans la meilleure école anglaise de Khajuraho pour la rentrée 2014-2015, bien que les frais de scolarité soient plus élevés. C'est quand Kalu attrape la tiphoide en août 2014 que nous décidons de donner un coup de main à la famille pour les frais médicaux des enfants.

    



Kalu & Lakshmi
Kalu & Lakshmi

LES AUTRES, au fil des rencontres...

Un petit coup de pouce pour répondre à une nécessité ou une urgence.

   
   


Les autres...
Les autres